Cette bande dessinée est de toute beauté, elle allie une histoire forte et émouvante à des dessins somptueux. Nous suivons pendant un été caniculaire Samuel, un homme qui, le moins qu'on puisse dire, ne va pas bien du tout. Ecrivain en panne d'inspiration, il n'a plus que de très mauvaises relations avec sa femme enceinte, il a une fâcheuse tendance à boire et est criblé de dettes.
Les dessins et les coloris sont superbes et collent vraiment bien au thème.
L'histoire va s'avérer puissante, dévastatrice, un peu à l'image de l'été pendant lequel se passe l'histoire.

 

Couv-Melvile-279x400-279x300

Etienne Davodeau nous entraîne ici dans une sorte de comédie moderne qui se moque du monde assez fermé de l'art.
Fabien est surveillant au musée du Louvre depuis une quinzaine d'années, il a une compagne et elle vient d'ailleurs de lui présenter sa famille. A cette occasion, le grand-père lui montre une toile qu'il tient de son aïeul et se demande si le tableau ne serait pas digne d'être accroché au Louvre. La toile représente un chien qui louche...A partir de cette anecdote plutôt cocasse, l'auteur va nous entraîner dans des péripéties assez comiques concernant le monde de l'art et ses dessous. Qui peut vraiment dire ce qui mérite d'être appelé de l'art ? La technique, l'émotion ou le talent sont-ils aussi importants que la renommée d'une personne voire même la simple popularité née de rien du tout ?
Cette bande dessiné m'a fait sourire et permet de se promener au milieu d'oeuvres mondialement connues pendant quelques pages, de côtoyer des professionnels, des passionnés d'art et des hurluberlus...mais qui pourrait affirmer que l'avis des uns à moins d'importance de celui des autres ?

cvt_Le-chien-qui-louche_678

 

Une jolie bande dessinée qui traite de l'homosexualité mais c'est surtout l'histoire d'une jeune fille, Clémentine, qui se pose beaucoup de questions sur elle-même. Nous la suivrons de ses 15 ans à sa vie de jeune adulte.
Elle se sent différente et ne comprend pas pourquoi jusqu'à ce qu'elle croise la route d'une jeune femme aux cheveux bleus.
J'ai beaucoup aimé le parcours de cette adolescente qui se cherche, qui s'interroge, qui ressent des tonnes de choses mais est incapable de les comprendre et de les accepter.
Elle est confrontée aux préjugés, aux réactions parfois abruptes de ses proches, elle en vient à se dégoûter d'elle-même. Le chemin vers l'acceptation sera long et loin d'être facile.
Le bleu est le fil conducteur de cette histoire, un bleu qui laisse comme une trainée d'amour et d'espoir tout au long des pages.

bleucouleurchaude

 

C'est l'histoire de quatre amis qui ont fait de la musique ensemble presque 20 ans plus tôt et qui se rencontrent à nouveau le temps d'un court séjour. Ca paraît simple mais ça ne l'est pas. Car la vie ne l'est jamais quand il est question des relations entre des hommes qui ont été proches, qui ont partagé leur vie à une époque, qui ont traversé des supers moments mais aussi de vrais coups durs.
Zep a su montrer ce qu'est l'amitié, la nostalgie, les regrets, le sentiment de la trahison, les ambitions avortées mais aussi l'amour que des amis ou des frères peuvent éprouver les uns pour les autres.
Cet album est magnifique, il est traversé de page en page par des sentiments extrêmements forts que viennent contrebalancer les teintes toutes douces des dessins, comme des touches de pudeur.

C_une-histoire-dhommes_3996

 

L'abnégation c'est le fait de se sacrifier pour autrui, de renoncer par exemple à ses propres plaisirs pour favoriser ceux d'une autre personne. L'héroïne de cette BD, une femme de plus de 70 ans, a renoncé à vivre pour elle depuis de nombreuses années, elle se consacre en effet à son fils, Michel, un adulte handicapé à la suite d'un accident. Nous découvrons des petits moments de vie parfois difficiles, faits de gestes quotidiens et de paroles apaisantes maintes fois répétées, mais aussi les joies simples de ce grand enfant de 45 ans.
Nous faisons également la connaissance d'autres membres de cette famille: la soeur, une tante et un cousin, qui tous, à leur façon, apportent des petits bouts d'amour à Michel et permettent à sa mère de souffler un peu, à de rares occasions. Que ce soit en lui apportant un éclair au chocolat ou en acceptant une énième partie de puissance quatre, tous, à leur façon, illuminent la journée de Michel.

Une très belle tranche de vie qui nous montre que les héros ne sont pas toujours des êtres exceptionnels qui sauvent le monde à eux tout seuls mais peuvent juste être des gens simples qui, par leurs actes désintéressés rendent la vie plus douce à leurs proches, au détriment de la leur, afin que l'injustice du handicap soit un tout petit peu compensé par une surdose d'attention et d'amour.
J'ai trouvé cette bande dessinée extrêmement touchante, tout en étant très réaliste.

roideprusse

 

Nous sommes ici dans une histoire qui démarre tout de suite très fort et où l’intrigue va crescendo jusqu’à la fin. Le héros est un petit garçon qui rêve de tuer tout le monde…
C’est le quotidien d’un lieu paumé à travers les yeux d’un enfant. Une vie où le sordide et le glauque côtoient la tristesse et l’humour noir, très très noir même. On croit à chaque page qu’on vient d’être témoin de choses horribles mais la page suivante nous révèle quelque chose d’encore plus ignoble, à la limite du supportable.
Le personnage est sournois, machiavélique mais en même temps attendrissant avec ses attentes d’enfant.
Les dessins sont tout simplement sublimes, les couleurs étant en totale adéquation avec le thème de la bande dessinée.
C’est véritablement mon coup de cœur BD de l’année.

CVT_Un-leger-bruit-dans-le-moteur_8071